KALEIDOPTERES fiche spectacle

Kaléidoptères
spectacle musical

———————————————–
conception et direction :
Sphota

création des lumières :
Judith Greenwood

———————————————–
pour
Sphota (piano, sampler, violon, guitare, clarinette basse, amplification et traitement du son)
et
Mié Ogura, flûte

———————————————–
dispositif

plateau à nu, cage de scène à vue. Stands des instruments répartis sur le plateau. Quelques accessoires (une lanterne, un vieux magnétophone). Implantation de lumières.

———————————————–
durée
1 h 10

———————————————–
note artistique

L’espace de Kaléidoptères est un espace libre, ni théâtral, ni concertant : un terrain où sons, images scéniques et éclairages donnent naissance à la musique. Une boîte magique dont on fait sortir de la musique, un objet à mille facettes que l’on s’applique à faire sonner.
Kaléidoptères offre un moment où la musique, qui se fabrique avec l’oreille, les regards, les corps, les tensions et les correspondances qui en naissent, donne à voir sa fabrication.
Il ne s’agit pas d’un parcours improvisé mais d’une grande pièce musicale où chaque instant, à vue et en direct, est à la recherche du présent.
Un chantier ouvert au public, mais prémédité, où les exaltés de Sphota s’amusent avec grand sérieux et vraie fureur à éprouver quelques mélanges chimiques. Célébrant des mariages improbables d’univers hétérogènes, s’offrant des caresses de lumière, s’émouvant d’un rien. Mouvement continu d’exploration sonore : la musique s’empare des instruments et s’en libère, accroche les corps au passage, bouscule l’espace, vibre avec les images.

———————————————–
production et diffusion

Kaléidoptères a été créé en juin 2001 en co-production sphota / La Muse en Circuit et a bénéficié de l’aide à la création de l’ADAMI.

Kaléidoptères a été joué au Théâtre Studio d’Alfortville (2 représentations), aux Instants Chavirés (Montreuil), à Darnétal dans le cadre du festival Octobre en Normandie, à la Scène Nationale d’Annecy dans le cadre du festival Concerts d’hiver et d’aujourd’hui, au festival Agora – Ircam (Paris).

———————————————–