LENDEMAINS QUI CHANTENT fiche spectacle

Lendemains qui chantent
spectacle musical,
créé le 22 septembre 2004
au Théâtre National de Strasbourg dans le cadre du Festival MUSICA

———————————————–
conception et direction :
Sphota

———————————————–
pour
Sphota
guitare acoustique, traitement électronique, guitare électrique,
clarinette basse, traitement électronique, clarinette si b, flûte, basse électrique,
violon acoustique, traitement électronique,
sampler, effets, fender rhodes, orgue Hammond, synthétiseur analogique,
diffusion électroacoustique (phonographies, bandes musicales)
scénographie sonorisée par capteurs
percussions
voix

dispositif scénographique de
Richard Peduzzi

lumières de
Lionel Spycher

———————————————–
note artistique

Assister à Lendemains qui chantent, c’est plonger dans des contrées musicales oniriques et surréelles.
Percevoir des mondes où les sons, les corps, les allures, les déplacements de décor, la lumière sont les paramètres d’un seul art vibratoire : la musique. Découvrir des mondes habités par une société étrange : celle que forment quatre musiciens jouant leur musique comme on parle sa langue. Non plus des interprètes, mais des êtres qui s’expriment, qui marchent, qui poussent, travaillent, s’emportent et dansent pour et par la musique.
Des mondes organisés par des règles folles, toujours à la limite de l’abstraction, mais qui reposent sur le désir de jouer des émotions et sur une dramaturgie au couteau.
Bruts comme les cliquetis et martèlements d’une usine à sons…
Futuristes quand des zones magnétiques génèrent des buzzs saturés lorsqu’on les traverse…
Protéiformes quand la vitesse d’une marche sur le plateau entre dans la partition…
Envoûtants comme une fête techno à la sauvagerie scientifique…
Archaïques comme deux cordes pincées dont la résonance se confond avec l’éblouissement d’un plein feu…
Etonnants par le détournement des instruments, des codes, et par la liberté des moyens d’expression utilisés,
les lendemains qui chantent tiennent d’un voyage initiatique, très ancien et foncièrement contemporain, qui invite à une pluralité d’écoutes et de regards.

———————————————–
production et diffusion

Sphota / Festival Musica / Bonlieu Scène Nationale Annecy / MIA / avec le soutien technique de La Muse en Circuit (Laurent Sellier)
avec le soutien de la DRAC Rhône-Alpes, des festivals Why Note (Dijon) et 38èmes Rugissants (Grenoble), de l’ADAMI, de la SPEDIDAM

22 septembre 2004
Théâtre National de Strasbourg, Musica

4 novembre 2004
Bonlieu Scène nationale, Annecy, MIA

20 novembre 2004
Théâtre du Parvis Saint-Jean, Dijon, Why Note

1er décembre 2004
MC2, Grenoble, 38èmes Rugissants

16 avril 2005
Théâtre de la Cité Internationale, Paris, Itinéraire de nuit