PRESSE on fire

ON FIRE
c
réée à Radio France le 7 février dernier dans le cadre du festival Présences 2015 ʺ Les Deux Amériques ʺ.
piano, comédienne, Orchestre et électronique. Sur des extraits de discours de
Malcolm X
piano – Wilhem Latchoumia
textes – Piera Formenti
direction – Joshua Dos Santos
Orchestre Philharmonique de Radio France

————————
Le Monde
Benjamin de la Fuente, plus présent que « Présences »
Le compositeur a fait sensation lors de l’ouverture du festival de musique contemporaine de Radio France (…) Une récitante rapporte avec rage dans un tumulte instrumental dominé par l’indomptable piano de Wilhem Latchoumia. Des bribes d’enregistrement (work song de prisonniers au début, appel à la prière musulmane à la fin) ajoutent à la contextualisation dune œuvre qui prend une résonance toute particulière après l’attentat contre Charlie Hebdo (…) La partition, invite à parler d’apothéose de la liberté créatrice sans recours à l’improvisation…Benjamin de la Fuente, dont la présence d’artiste actuel est indéniable (…)

Pierre Gervasoni, 09.02.2015

Télérama
(…) Un programme dominé de manière écrasante par la création de On fire, du Français Benjamin de la Fuente. Un torrent de rage porté par un orchestre en collision quasi permanente avec la récitante, avec le piano comme catalyseur. Le tout sur des textes de Malcom X, traduits en français, qui prenaient une résonance toute particulière dans le contexte post-attentats de cet hiver parisien.
Une sorte de
dies irae profane et politique, qui nous a coupé le souffle (…)

Sophie Bourdais, 10/02/2015

Musiques Contemporaines XX & XXI (blog)
(…) Benjamin de la Fuente, s’est également imposé comme une des personnalités importantes de la musique contemporaine (…) Le texte récité est un vrai brûlot dans notre contexte politique français d’aujourd’hui (…) Une femme survoltée, Piera Formenti, deux micros, des mots qui claquent à chaque instant, une musique concassée et furieuse, portée aux extrêmes. On dit que les compositeurs sont hors-jeu politiquement, là, Benjamin de la Fuente est au cœur de l’actualité. Les voies de l’émancipation sont souvent iconoclastes et rarement pavées de bon sentiment.

Omer Corlaix, 10/02/2015

L’Humanité
(…) Du bruit et de la fureur (…) Textes que l’on peut qualifier d’incandescents, dits par une récitante inspirée, Piera Formenti, avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France déchaîné… Une pièce fortement applaudie. On peut être heureux de ce que de jeunes compositeurs renouent ainsi avec le courage et l’audace, tant sur le plan des idées que de la démarche musicale.

Maurice Ulrich, 13/02/2015

Anaclase
(…) Revendicatif ? Engagé ? On est totalement dans le sujet : l’Amérique, c’est aussi ça. Les textes s’enchaînent très vite, bataillant de citations en scandales, hurlant souvent mais isolant certaines perles dans des accalmies dangereuses (…) Entre deux phrases qui tenteraient l’espoir d’une réconciliation surgissent les sirènes de flics, jusqu’à l’insupportable, ouvrant sur un postlude d’après-catastrophe, aux grondements sournois, errant sous le chant du muezzin.

Bertrand Bolognesi, 14/02/2015

Resmusica
Cette pièce incandescente (…) Sur scène, aux côtés d’un orchestre lacérant l’espace, le pianiste Wilhem Latchoumia et la « speakerine » italienne Piera Formenti engagent la lutte. Dans un haut-débit rageur qui ne tarira jamais, la voix de la jeune femme (…) harangue la foule et « mitraille » son texte avec une énergie et un débit vocal inouï, défiant l’excès de son des forces instrumentales. La partie éruptive de piano contre, quant à elle, les assauts de l’orchestre dans des interventions spectaculaires.
L’oeuvre « coup de poing » laisse sans voix !

Michèle Tosi, 14/02/2015