SILENCE ET PERIPETIES fiche spectacle

Silence et péripéties
spectacle musical jeune public
à partir de 6 ans

———————————————–
conception et direction :
Sphota
et David Sighicelli

———————————————–
pour
Sphota (piano, synthétiseur, violon, guitare, clarinettes, percussions, amplification et traitement du son)
et
David Sighicelli, comédien et percussioniste

———————————————–
durée
1 h

———————————————–
note

Quand s’est présentée l’occasion de créer une forme pour le jeune public, Sphota s’est lancé dans l’aventure avec un double désir.
Celui d’inscrire Silence et péripéties dans la continuité de sa démarche artistique, sans faire de concessions. Et celui de relever le défi qui consiste à partager avec un public vierge les sensations, les émotions et la poésie propres à une musique d’aujourd’hui.
S’appuyant sur l’imaginaire fertile des enfants, Silence et péripéties est un spectacle plus abstrait que narratif, où une situation de départ suffit à donner la règle : tout peut, tout doit sonner, pour peu que l’on tende l’oreille et que l’on soit prêt à jouer.
Un personnage en blouse bleue, muet la plupart du temps ou s’exprimant dans une langue incompréhensible, donne le ton : ici, on est loin du concert traditionnel. Incarnant la zone poreuse entre le plateau où se fabriquent les musiques et la salle, il est tour à tour porte-parole, témoin, plaignant, maître de cérémonie ou camelot. Un brin manipulateur, un brin farceur, un brin savant fou, un brin sorcier, il déroule ses expériences sonores et musicales sur les autres personnages, à leur insu ou avec leur complicité. Parfois lui-même surpris du résultat. C’est ce principe qui donne ici à la musique sa dimension scénique, visuelle et ludique.
Quand le son se transforme, par l’écho, la saturation, le ralentissement, ou l’accélération, un plan vidéo donne à voir le contrepoint d’un visage en mutation…
Quand le son se déplace, les espaces créés par les hauts-parleurs révèlent un jeu tellement prenant qu’il dérive jusqu’à une partie de tennis sonore…
Quand le son passe progressivement du souffle et des cliquetis bruitistes aux notes d’une célèbre valse, une séquence filmée en direct montre la “blouse bleue” grattant une étendue de sable et découvrant peu à peu une partition manuscrite…
Silence et péripéties porte, de façon sous-jacente, une “pédagogie pour l’oreille”. Une pédagogie qui ne se limite pas à la grammaire des musiques d’aujourd’hui, mais suscite un questionnement plus poétique sur la musique. Qu’est-ce que la musique pour moi, pour l’autre ? Quelle place donner aux sons qui nous environnent ? Comment s’invente un langage musical ? L’enjeu ? Comprendre que l’on écoute pour l’autre, et pour soi. Comprendre en musique ce que Brook dit du théâtre : jouer est un jeu.

———————————————–
production et diffusion

coproduction Bonlieu scène nationale d’Annecy, en collaboration avec MIA, production déléguée Sphota, avec le soutien de la communauté d’agglomération d’Annecy, dans le cadre du projet « faites vos jeux ».

du 18 au 21 janvier 2005
Bonlieu Scène nationale d’Annecy

du 24 janvier au 2 février 2005
en tournée dans l’agglomération d’Annecy

saison 2005/2006

———————————————–